Articles grand public Glycation & Cognition

PRISE EN CHARGE DU DECLIN COGNITIF, agir avant 50 ans

Prise en charge du déclin cognitif

Contrairement aux idées admises, c’est entre 45 et 50 ans que le vieillissement cérébral s’infléchit et que le déclin des fonctions cognitives se fait perceptible.

Le vieillissement du cerveau est très progressif et plus tardif que pour la plupart des autres organes. Par ailleurs cette évolution reste largement ouverte aux stimulations extérieures qui peuvent la modifier voir l’inverser.

L’âge du début du déclin cognitif fait l’objet de beaucoup de débats. Jusqu’à présent, il était couramment admis que le cerveau atteignait ses capacités optimales à l’âge du jeune adulte 20 / 25 ans, puis déclinait, d’abord de façon quasi imperceptible puis de façon progressivement plus marquée, pour s’infléchir nettement vers 60 ans et plus de façon brutale après 80 ans.

Une équipe de chercheurs franco britannique a montré que l’inflexion du déclin cognitif s’opère dès la tranche d’âge 45 / 50 ans

En réalité une équipe de chercheurs franco britannique a montré que l’inflexion du déclin cognitif s’opère dès la tranche d’âge 45 / 50 ans (1). Ils ajoutent que « Les changements à l’origine des maladies neurodégénératives liées au vieillissement sont en place vingt ans avant le diagnostic clinique ».

Sachant que la prévention du déclin cognitif sera plus efficace si elle est appliquée dès le début du déclin, sa prise en charge (stimulations intellectuelles, médicaments, compléments alimentaires…) devra être envisagée dès 45 / 50 ans même en l’absence de signes cliniques.

 

 

(1) : A. Singh-Manoux and Al. Timing of the onset of cognitive decline: results from Whitehall II prospective cohort study. BMJ 2012; 344.