Articles grand public

LA GLYCATION POUR LES NULS, interview du Dr Claude Dalle, Médecin anti-âge à Paris

Qu’est ce que la glycation ?

La glycation est une réaction chimique résultant de la fixation des sucres sur les protéines. La glycation crée des ponts entre les protéines et conduit à un enchevêtrement progressivement irréversible. Ces produits de glycation sont appelés AGEs (Advanced Glycation Endproducts) et sont la cause de nombreux signes du vieillissement. Ils sont également à la source de multiples complications de maladies chroniques.

Par simplification et même si ce n’est pas chimiquement exact on pourrait comparer la glycation à la caramélisation.

Comment la glycation s’inscrit dans les mécanismes du vieillissement ?

Il est traditionnel de classer les causes du vieillissement en deux catégories : les facteurs intrinsèques, qui sont inscrits dans notre organisme (facteurs génétiques, déclin hormonal par exemple) et les facteurs extrinsèques liés à nos comportements (exposition à des toxiques, soleil, stress…).

La glycation, comme le stress oxydatif, est à la croisée de ces facteurs avec qui elle interagit. Par exemple l’exposition aux UVs aggrave l’oxydation qui est elle même un accélérateur de la glycation. Il en va de même entre la glycation et le déclin hormonal, la glycation et les facteurs génétiques…

Les protéines à renouvellement lent (comme celles de la peau, des vaisseaux ou du cerveau) sont plus gravement touchées par la glycation.

Tout l’organisme est il concerné de façon égale ?

Toutes les protéines de l’organisme sont attaquées par la glycation mais s’agissant d’une réaction chimique qui évolue très lentement, les protéines à renouvellement lent (comme celles de la peau, des vaisseaux ou du cerveau) sont plus gravement touchées par la glycation.

Qu’elles sont les principales conséquences de la glycation ?

Les protéines sont progressivement rigidifiées par la glycation et perdent ainsi leurs propriétés. Les organes les plus touchés sont la peau, les vaisseaux, le cristallin, le cerveau. En conséquence la glycation est très largement impliquée dans le vieillissement cutané, les maladies cardio vasculaires, les complications du diabète et les maladies neuro-dégénératives.

Comment prendre en charge la glycation ?

Très curieusement il n’existe pas de mécanisme auto réparateur de la glycation (comme c’est le cas pour l’oxydation ou les mécanismes de réparation de l’ADN par exemple).

Une stratégie anti glycation repose sur 2 piliers :

– Adopter un mode de vie anti glycant avec une hygiène spécifique (limiter la consommation de produits sucrés, éviter l’alcool, les produits de cuisson brunis, le tabac et l’exposition au soleil).

– Compléter et / ou supplémenter par la prise d’ingrédients inhibiteurs de glycation (qui préviennent la glycation) et déglycants (qui corrigent les effets de la glycation).

L’ingrédient déglycant de référence est l’acide rosmarinique.

Des ingrédients à recommander ?

Les inhibiteurs de glycation les plus connus sont la carnosine ainsi que de nombreux polyphénols.

L’ingrédient déglycant de référence est l’acide rosmarinique, une molécule très intéressante aux résultats prometteurs et qui fait l’objet de nombreuses études sur le vieillissement.

 

Le Dr Claude Dalle est spécialiste de médecine anti-âge. Il est président de l’association mondiale de médecine anti-âge (WOSIAM).